30 décembre 2012

Le clocher des Pénitents blancs un jour d'hiver


Lumière d'hiver, plutôt crue, sur le clocher des Pénitents Blancs, tel que l'on peut l'apercevoir de la place de la Principale, le long du passage qui rejoint la rue des Fourbisseurs. Un passage souvent d'une saleté repoussante car il sert, comme beaucoup d'autres endroits discrets d'Avignon, de lieu d’aisance.
Un clocher sobre qui domine les restes de la nef.

 

3 commentaires:

jeandler a dit…

La ville aurait-elle conservée quelques souvenirs du Moyen-Âge pour ses rues malodorantes ?

En opposition, une blancheur du clocher qu'exalte le bleu du ciel.

brigitte celerier a dit…

et la lumière qui dénude - belle et froide ) le plaisir (l'un des rares) de l'hiver

Françoise Dumon a dit…

Oui Brigitte, l'un des plaisirs de l'hiver.
Pour la malpropreté, c'est bien dommage que la ville emprunte aussi au Moyen-Age.