22 août 2015

Niches sculptées... à Carpentras


Comme Avignon, Carpentras est une ville riche en niches sculptées de tous les styles, cinq au gré des rues et des places du centre ville ancien, sans choix réel,  en haut à gauche Saint Siffrein, patron de la ville.

21 août 2015

Edouard Athénosy, peintre de l'école d'Avignon à Carpentras

Jusqu'au 30 septembre 2015, le musée Comtadin Duplessis propose une exposition des oeuvres du peintre Édouard Athénosy :


Sur le site de la ville de Carpentras
 
Edouard Athénosy 1859 – 1934
Né à Saumane de Vaucluse ; fils d'un instituteur, Émile Édouard Ahténosy après des études à Orange, entre à la Préfecture de Vaucluse où il fait toute sa carrière. Parallèlement il suit les cours de l'école municipale des beaux-arts d'Avignon où il suit les cours de Pierre Grivolas qui incite ses élèves à peindre en extérieur. Parmi ses amis, Marius Breuil dont il partagera les goûts et l'inspiration pour les paysages du Vaucluse.
Considéré comme un peintre du dimanche, sans que ce soit péjoratif, sa carrière administrative le met à l'abri de la nécessité de vendre ses œuvres et préserve sa liberté de création. Il développe donc un style personnel, sur de petits formats adaptés au plein air : une peinture d'une rare fraîcheur, un trait fin et précis. 

Merci à la bibliothèque Inguimbertine pour cette exposition qui permet de découvrir cette œuvre si originale. J'avais déjà beaucoup apprécié celle de Marius Breuil, que j'avais aussi découverte à Carpentras, dans la chapelle du Collège, mais je crois bien que les couleurs à la fois vives et pourtant nuancées et tout sauf criardes d'Athénosy, m'ont encore plus séduite que celles, plus sourdes, de Breuil. Les paysages, eux, se ressemblent dans les deux œuvres, car les deux peintres ont sillonné les mêmes endroits, et ont su tous les deux restituer la lumière, la douceur de ces paysages.

PS : j'ai pu aussi tester la toute nouvelle liaison ferroviaire entre Avignon et Carpentras,  je regrette bien qu'elle n'ai pas existé avant mon départ... Une bonne raison pour les Avignonnais de ne pas bouder cette exposition très bien faite, elle propose en plus des œuvres de voir le matériel de l'artiste et d'aborder sa manière de travailler. 

25 juillet 2015

Niche sculptée de la rue Trémoulet


La niche est située très en hauteur et la rue est étroite, il est donc difficile de photographier la Vierge et l'Enfant. L'avantage est que l'on peut bien voir le décor de la niche elle-même.

12 juin 2015

Dans la quiétude de la rue des Teinturiers


Mercredi 3 juin, lors de ma visite éclair à Avignon, je suis passée par la rue des Teinturiers restaurée; ayant retrouvé sa calade, pour vérifier que les platanes étaient toujours là. 



En ce début de mois de juin, tôt le matin, la rue était calme et fraîche dans la chaleur qui s'annonçait.  Rien à voir avec la fureur du mois de juillet.
C'est ce détour qui m'a mise en retard pour mon rendez-vous, mais il en valait la peine, d'autant que je me suis déplacée pour rien... 

PS : c'était il y a un an, les platanes avaient commencé à disparaître, voir l'article ICI

8 juin 2015

Niche vide rue Gal Grenier


J'ai pu photographier la ferronnerie, qui n'était pas visible en 2009 lorsque j'ai présenté cette niche, voir ICI, et que l'on pouvait voir sur la photographie du Ministère de la Culture.

4 juin 2015

Des nouvelles de 'hôtel de Fortia de Montréal





Rue du Roi René, face à l'hôtel de Crillon... Presque l'envers de la médaille... Peut-on dire que l'état empire ? J'ai toujours eu des scrupules à photographier le lieu et à le montrer, car je ne veux pas incriminer les actuels propriétaires, ce ne sont pas eux qui sont en cause, pas seulement. On peut en effet s'étonner de voir l'un des fleurons du patrimoine de la ville menacer de s'effondrer. Ce n'est pas seulement l'un des plus beaux hôtels particuliers d'Avignon, c'est aussi le plus ancien des modernes, c'est le panneau qui le dit :

A voir aussi que l'on tague tout, même les panneaux de la ville...



Qui peut faire quoi ? Là réside le mystère. 

PS, ma visite éclair d'hier n'a pas fait avancer mon dossier de litige avec la société qui gère à présent la résidence où j'habitais à Avignon , elle m'a permis de revoir certains amis, et de refaire un rapide petit tour de ville...

31 mai 2015

De la devise de la ville...

J'ai déjà parlé du blason et de la devise ICI, on trouve aussi le blason figuré sur le monument aux morts du jardin des Doms,


  Les aigles ici ne portent pas de grelots aux pattes, contrairement à ceux de la Tour Saint Jean.
La devise de la ville
Unguibus et Rostro (Par le bec et par les ongles)
est la même pour la ville de Valence :


 et si le blason de Valence est entouré de griffons, il n'est pas sans similitudes dans la disposition, non ?
J'évoque ce hasard (?)  de l'histoire sur mon autre blog "D'un pont l'autre" ICI, en point de départ d'une série de points communs, dus sans doute à la proximité géographique des deux villes, plus qu'à leurs destins historiques qui les avait séparées dans des blocs politiques très différents.

4 mai 2015

Niche rue de l'Aigarden





Parmi les niches difficiles à photographier, celle du 25 rue de l'Aigarden, car la rue est étroite et la niche haut placée. C'est pourtant une niches qui offre l'un des plus beaux décors.