18 novembre 2010

Une restauration à donner le vertige !

Depuis plusieurs semaines un gigantesque chantier s'est mis en place sur la place Maria Casarès. Il s'agit de restaurer la tour de Trouillas, dans la partie la plus ancienne du palais entrepris par le pape Benoit XII. 

 Photographie de Jean-Marc Rozier (2008) - Wikipédia
La tour de Trouillas est celle située à gauche derrière la cathédrale des Doms

Cette tour au départ défensive, mesurait initialement 60 mètres et fut décapitée à la Révolution, elle se termine aujourd'hui  par un toit en terrasse. Pour mener à bien la restauration, un échafaudage a été mis en place, équipé d'un ascenseur, il permet aux ouvriers de travailler à plus de 50 mètres de hauteur,

  
Impressionnant, non ? 

Encore plus impressionnant vu du bas, depuis que les voiles de protection ont été installés,

Dimanche 21 novembre.

N.B. Le palais est aujourd'hui propriété de la ville d'Avignon, et les restaurations sont supervisées par les services municipaux, celui du patrimoine et celui de la conservation du patrimoine.  Les premières restaurations avaient été confiées à Viollet le Duc, après la visite de Napoléon III à Avignon en 1860. Le départ de la garnison a permis de restituer la salle de la Grande Audience et de la chapelle de Clément VI. Depuis, les restaurations se sont poursuivies jusqu'à nos jours, par campagnes successives, car le palais, le plus grand bâtiment de l'époque gothique, représente un ensemble d'environ 15 000 m2, à la fois impressionnant, par son aspect forteresse,et  fragile.


Pour plus d'infos sur cette restauration qui donne aussi le vertige par son coût, lire l'article sur le blog "l'Esprit d'Avignon"
ICI

20 commentaires:

jeandler a dit…

On va lui redonner sa hauteur pré-révolutionnaire?
Impressionnant.
De sur la terrasse, on doit avoir une belle vue, j'imagine. mais il faudra attendre pour y monter... à pied!

brigetoun a dit…

je diffuse

Avignon a dit…

Fragile ? La plus forte maison gothique du monde ?
On est peu de choses...
Superbe la photo de l'échafaudage avec l'ascenseur en haut !

Avignon a dit…

À propos, il faut dire que Trouillas est aussi un boulanger avignonnais !

fardoise a dit…

On ne saurait penser à tout, j'ai oublié de donner l'origine de ce nom, merci Avignon.
Il semblerait effectivement qu'en plus de restaurer il y aurait aussi reconstruction, comme à l'époque de Viollet le Duc.

Merula a dit…

Ou là ! c'est les gros travaux !
il va y en avoir pour longtemps ?

fardoise a dit…

On annonce deux ans.

Tilia a dit…

L'ascenseur me paraît être un simple monte-charge donc pas adapté pour monter les ouvriers, je me trompe ?

fardoise a dit…

C'est un monte charge, mais pourquoi les ouvriers ne pourraient ils pas s'en servir ?

Tilia a dit…

Question de sécurité, je pense.

Il me semble (mais je peux me tromper) que la commande se trouve dans la cabine tout en haut. Alors, à moins qu'il y ait un système de télécommande, il faut bien que le premier à monter passe par les escaliers...
Si tu as l'occasion de voir comment ça se passe, je serais curieuse de savoir si mes suppositions sont bonnes, ou pas.

Teddy a dit…

Peu d'info de la ville sur cette restauration mais l'appel d'offre début 2010 indique la restauration des parties hautes nord, sud, est, ouest, par le remplacement des pierres dégradées, rejointoiement, rebouchage des fissures, ragréages ponctuels. Sur la façade est, il est prévu la restitution des fenêtres XIV ème en partie haute. De fait, on ne sait pas si le crénelage va être restitué mais ce serait souhaitable pour l'harmonie avec les autres tours restaurées depuis. Concernant l'ascenseur, celui-ci est temporaire mais il serait intéressant d'en loger un dans la tour pour donner accès au palais et jardin des doms depuis la Banasterie qui doit se développer (hotel dans l'ancienne prison)ou alors un ascenseur panoramique contre le rocher !

fardoise a dit…

Ah oui, un ascenseur panoramique côté rocher des Doms ! Il semblerait effectivement que le crénelage serait restitué, comme c'est le cas des remparts, dans la partie écroulée vers le portail Magnanen. C'est pourquoi je parle d'une restauration à la Viollet le Duc. On sait aussi que cette restauration sera longue.

Avignon a dit…

Peu d'info, Teddy, mais merci pour celles-ci !

fardoise a dit…

Oui, merci, cette restauration mérite que l'on en sache le plus possible !

Teddy a dit…

Le chantier doit durer 2 ans. C'était urgent car elle contient le silo des archives départementales (voir sur http://archives.vaucluse.fr/1495-zoom-sur-la-tour-de-trouillas.htm). De fait l'accès au sommet, voire aussi l'installation d'un ascenseur intérieur, sera très difficile. A moins qu'ensuite les archives déménagent ailleurs et libèrent cette tour ainsi que la chapelle et la tour Campane de l'autre côté à l'ouest(qui a bien besoin aussi d'une restauration de ses murs extérieurs (voir les nombreuses pierres manquantes ou remplacées par du béton en attendant). On espère bien ici une restauration égale à celle de la tour des latrines juste à côté ou de la tour St Laurent plus au sud. Si quelqu'un peut confirmer pour le crénelage. Merci d'avance

fardoise a dit…

Merci pour toutes ces précisions. Il serait temps que les archives départementales déménagent pour des locaux plus adaptés. Il est bien difficile de mener à bien des travaux de cette envergure dans des locaux ainsi occupés.

CMartella a dit…

Joli blog.
Quelques précisions : la tour de Trouillas (du bas latin trullum, pressoir) est bien propriété de la ville d'Avignon, mais le reste du site des Archives départementales (aile des Familiers, aile de la Chapelle, tour de la Campane, cloître Benoît XII) sont propriétés du département de Vaucluse, et les Archives y sont installées depuis 1882.
La restauration de la tour ne porte que sur l'extérieur, et ne concerne pas la réhabilitation de l'espace des magasins d'archives qui l'occupent ; le crenelage sera restitué, et des fenêtres réouvertes, dans un chantier d'environ deux ans, mené par l'architecte en chef des monuments historiques, avec la ville d'Avignon en maîtrise d'ouvrage.
L'accès au sommet est bien sûr possible de l'intérieur, par ascenseur et par escalier, mais uniquement sous contrôle des Archives, et n'est pas ouvert au public. L'ascenseur monte-charge extérieur sert bien à faire monter les ouvriers, et l'ascension est très belle et impressionnante, surtout lorsque le Mistral souffle délicatement comme il sait le faire ...
Mais désolée de décevoir certains, les Archives ne déménagent pas ! Et après tout, du patrimoine dans du patrimoine, est-ce vraiment anormal ? D'autant que l'accès aux archives en salle de lecture est libre et totalement gratuit, ce qui, dans un monde livré de plus en plus à la marchandisation, n'est pas nécessairement à négliger !
Dernier point de précision : je suis la directrice des Archives départementales.

fardoise a dit…

Je suis très honorée par votre visite sur ce blog. Merci pour les précisions apportées sur cette restauration impressionnante. Que l'on ne touche pas aux trésors que renferme la tour, c'est tant mieux.
C'est important de rappeler que l'accès aux archives est libre et donc gratuit (il n'est pas inutile de préciser que dans ce sens libre signifie gratuit). Je pense que les Français sont très attachés à leurs archives, il suffit de voir l'intérêt qui leur est porté lors des expositions toujours riches et passionnantes que vous organisez et lors des journées du Patrimoine.
PS, avec mon vertige, je ne sais pas si je serais tentée par une ascension en extérieur !

Michel Benoit a dit…

Qu'il est réjouissant d'avoir des informations émanant d'une personne compétente !
Merci Madame Martella.

fardoise a dit…

Tout à fait d'accord Michel.