11 juin 2010

Jean Péru - Les dynasties d'artistes des XVIIe et XVIIIe siècles

Jean Péru (1650 - 1729),  que j'ai choisi parmi les nombreux artistes concernés, pour ses sculptures,

ici le trumeau de l'église Saint Pierre, sculpture qui lui est attribuée et qui est bien dans son style

était de fils de Michel Péru, vosgien d'origine et qui est venu s'installer à Avignon. Il avait un frère, Pierre, et a eu un fils, Jean-Baptiste Ier, car lui-même a donné naissance à Jean-Baptiste II. Tous furent sculpteurs et architectes.
Jean est le plus connu car on lui doit notamment le monument à Benezet, conçu au départ pour l'église des Célestins, et dont il reste les statues de Marthe et de Madeleine de Notre Dame des Doms. Il sculpta aussi le décor de la tribune de la cathédrale, tribune baroque qui est contestée pour rompre l'harmonie de la seule église romane de l'intra-muros. 
Il a aussi dessiné les plans de plusieurs édifices, 
dont la continuation de la façade de l'hôpital Sainte Marthe, aujourd'hui université d'Avignon - en respectant les plans originels de Jean André Borde,
l'autel monumental de la chapelle du collège des jésuites, aujourd'hui musée lapidaire, dont il ne reste que le fronton,
la chapelle de la Vierge de l'église Saint Agricol, et les statues de Jean le Baptiste et d'Elisabeth,
la rampe en fer forgé de l'hôtel de Carichon, rue deTaulignan,
et rue de la bonneterie, les plans de plusieurs hôtels particuliers, dont celui de Raoulx
Il a travaillé aussi à la chapelle des pénitents noirs, rue de la Banasterie.

Mais j'aurais pu tout autant choisir Nicolas Mignard (1606 - 1668), son concurrent direct, à l'époque, plus célèbre et connu sous le surnom de Mignard d'Avignon, pour le distinguer de son frère Pierre, dit Mignard le Romain et de son fils Pierre II, dit le "chevalier Mignard", une grande dynastie de peintres.  Nicolas Mignard était né à Troyes et s'était établi à Avignon après avoir séjourné à Rome avec son frère, il a été rappelé par Louis XIV pour travailler aux Tuileries.  Il a décoré de nombreux hôtels particuliers, couvents et plusieurs de ses œuvres sont visibles au musée Calvet, dont cet auto-portrait, publié par Wikipédia :



Une autre de ces dynasties d'artistes connus sur Avignon est celle des Franque, dont le plus connu de cette lignée d'architectes est Jean-Baptiste (1683-1758) à qui l'on doit de nombreux édifices du XVIIIème siècle, qu'il a souvent réalisés en collaboration avec ses enfants, François II et Jean-Pierre. Parmi ceux-ci :
les hôtels de Villeneuve Martagnan (Musée Calvet), de Caumont (Collection Lambert), 
le portail central de la façade de l'hôpital Sainte-Marthe, 
mais aussi, la boucherie de la rue du Vieux Sextier.

Cette liste ne se veut pas exhaustive, à peine indicative.
La principale source utilisée, en plus de wikipédia, est bien entendu le très précieux "Évocation du vieil Avignon" de Joseph Girard.

7 commentaires:

jeandler a dit…

Une Vierge en mouvement, un drapé un peu chargé, peut-être, mais quelle spontanéité!
Lumineuse mère ...

fardoise a dit…

C'est toujours un peu chargé, et surtout les proportions sont très disproportionnées, mais cela fait partie du charme.

brigetoun a dit…

c'est ce qu'on appelle le baroque, discipliné, gloire à lui (à eux baroque classique et Péru)

fardoise a dit…

le classicisme français serait du baroque "assagi". Gloire à eux, effectivement.

yvelinoise a dit…

Nouvelle présentation du blog très élégante et un article fort bien documenté, félicitations !

Sur le site des archives municipales on trouve tout un reportage, en tout une vingtaine de photos réalisées en Février 1997 à l'occasion de la restauration de la Vierge à l'Enfant de l'église Saint-Pierre.

On notera sur ces photos que les portes de l'église St Pierre n'étaient pas les splendides portes actuelles. Peut-être étaient-elles alors également en cours de restauration et remplacées par des portes provisoires très ordinaires... Michel pourrait sûrement préciser, je pense.

Pour finir j'ajouterai que, bien que je trouve la vierge de Jean Péru très belle, j'ai quand même une petite préférence pour celle de St Agricol, attibuée à un autre sculpteur lorrain : Ferrier Bernard. Je crois qu'elle est toujours et encore en cours de restauration à l’Atelier Jean-Loup Bouvier et j'aimerais bien la voir revenir aussi superbement rafraîchie que celle de St Pierre. Voir l'article sur l’Atelier Jean-Loup Bouvier, page 24 du numéro de l'hiver 2009 de "Grand Avignon Magazine".

yvelinoise a dit…

Désolée, je viens de voir que le lien vers la page des archives ne fonctionne pas. Alors, le mieux est de faire une recherche simple avec comme Titre : "restauration de la Vierge à l'Enfant" sur cette page de recherche.

fardoise a dit…

Merci beaucoup Yvelinoise. Il n'y a pas beaucoup de changement dans la présentations du blog, mais je préfère aussi ces nouveaux modèles, que l'on peut personnaliser.
Pour ce qui est de la sculpture, ce n'est pas ma préférée de Jean Péru, et en plus elle ne lui est qu'attribuée. Il y a des disproportions importantes et même gênantes, dans la taille de l'enfant par exemple encore plus que dans l'allongement exagéré de la vierge.
Elle ne peut pas souffrir la comparaison avec une vierge gothique, comme celle de Saint Agricol. Pendant longtemps j'ai détesté la période classique, et j'ai préféré le roman au gothique.
Mais on évolue, et j'ai appris à apprécier le baroque, et le classique français par extension. Cet article n'est aucunement comparatif, je voulais juste parler des dynasties d'artistes, souvent polyvalents, qui sont un peu trop méconnus à mon goût.