27 décembre 2009

Les disparues, suite : au 31 de la rue Guillaume Puy




Certaines des statues photographiées dans l'ouvrage d'Alain Benoit, "Dévotions populaires à la Vierge dans la cité des Papes", ont disparu depuis sa parution en 1985. Ainsi cette sculpture très archaïsante et unique. De l'ouvrage architectural qui l'accueillait, il ne reste que cet angle, au numéro 31.
PS : Alain Benoit donne la date de la disparition : août 1985. Cela coïncide-t-il avec la construction de la résidence "les Jardins d'Arcadie" ? Il appelle cette statue Notre Dame du Carmel et  donne la date de mai 1822.

8 commentaires:

brigetoun a dit…

spécialement regrettable, elle semble intéressante

fardoise a dit…

Peut-être est-elle dans un musée, on peut rêver.

Mathilde a dit…

Elle était effectivement bien atypique cette vierge ! Comment expliquer sa disparition ?
Je suppose bien des choses que je tairai.
On devrait installer une alarme, un anti-vol et une caméra minuscules derrière chacune des vierges encore présentes dans notre paysage avignonnais. Je n'aime pas ces principes relevant d'un régime totalitaire, mais pour les vierges on pourrait faire une exception.

Mathilde a dit…

Dénicher une statue envolée dans un musée serait un risque pour l'institution en sa possession, car elle aurait bien du mal à justifier sa provenance en cas d'enquête, sans se compromettre !
Espérons que le collectionneur, ou l'amateur qui possède désormais cette statue soit aussi amoureux que quelques uns d'entre-nous habitant Avignon, ou quelques touristes épris de passion pour les vierges de la cité des papes.
Celle-ci était particulièrement atypique, c'est bien dommage.
Il serait presque souhaitable de pouvoir mettre un dispositif très sophistiqué comprenant à la fois une caméra, une alarme et anti-vol derrière chacune d'elle.
Si ces principes relèvent d'un régime totalitaire que je n'approuve pas, nous pourrions faire une exception pour nos saintes.
Il se pourrait qu'un autre commentaire quasiment similaire à celui-ci apparaisse soudainement, comme il se pourrait aussi qu'il est autant disparu que notre belle en pierre, mais pour des raisons cette fois-ci relevant d'un autre ordre.
Bien amicalement.

fardoise a dit…

Il y a beaucoup de niches vides et donc beaucoup de statues envolées (on peut enlever le préfixe en). Avec Michel Benoit, nous avons suivi les traces de Webiane pour alerter sur ce patrimoine qui est pour la plupart privé et les propriétaires n'ont pas toujours la possibilité de surveille ou entretenir ces statues. Certaines ont été enlevées pour restauration, comme celle du Palais du Roure, mais les autres ?
On peut mettre les originaux en lieu sûr comme ND du Bon Voyage, à condition d'installer une copie.

Anonyme a dit…

Il est pas impossible que la statue ait disparue lors des travaux de réhabilitation du pâté de maison, notamment pour la réalisation de la maison de retraite je crois.

hrms

Mathilde a dit…

Oui oui, je sais que Michel est très soucieux de ce patrimoine et surveille tout cela avec beaucoup d'attention, on en a bien sûr déjà parlé de ces disparitions avec preuve sur papier qu'il s'est empressé de montrer en émettant des hypothèses.
Heureusement qu'il y a des gens passionnés par le patrimoine comme vous trois !
Du coup, depuis, l'air de rien je surveille un peu aussi de mon côté, surtout dans mon quartier.
Je me surprends souvent à me dire : "ouf, au moins elle, elle est toujours là !"

fardoise a dit…

Je suis Avignonnaise depuis peu, mais ce patrimoine m'a interpellée dès mon arrivée. Où que l'on porte ses pas, les dames et demoiselles nous accompagnent et j'aime bien les retrouver sur mon chemin. Est-ce cela que cherchaient les anciens Avignonnais en disposant ainsi autant de ces niches le long de certaines rues et surtout dans les angles, comme pour veiller sur le passage ? L'aide de Michel m'a été très précieuse pour le recensement que j'ai voulu faire et achevé grâce à lui.
Depuis en sachant exactement où elles sont, je veille moi aussi.