19 avril 2009

Rue Pouzaraque

Rien à voir avec le nom de la rue ( du provençal : potz a roda, qui désigne un puits à roue), un reste de fresque sur un mur qui indique "jeux de ballons interdits", une petite fille saute pour tenter de rattraper le sien. Juré, personne ne l'a vue !

12 commentaires:

Kraxpelax a dit…

Noncommercial advertisement! Just for once: plain honest no nonsense spam making no pretense being something else, with a real message and an sound errand. See Window Mirror and find out.

http://winmir.blogspot.com/See my poetry as well:

http://singleswingle.blogspot.com/I am not anyone. I am unique.

CHECK THE NEOCOUNTER GADGET.

- Peter Ingestad, Sweden

Lou Ravi a dit…

C'est presque ça. La pouzaraque c'est la noria (de pous et raca qui veut dire "vomir". On dit parfois populairement "raquer"). Il y en avait quelques unes à Avignon et ses environs. Si vous allez au Fabrik Théâtre (entre la voie ferrée et St Lazare) vous pouvez voir plusieurs roues à godets de pouzaraques récupérées et stockées dans leur coin jardin.

fardoise a dit…

Merci pour le renseignement, j'irai les voir. La fontaine qui reste devant l'école n'a plus rien à voir avec une noria.

fardoise a dit…

Pour le nom de la rue, j'ai suivi les explications du dictionnaire cité ci-contre...

Lou Ravi a dit…

L'article du dico, et le dico en général sont vraiment instructifs et c'est bien que vous l'ayez mis en ligne. Au cas particulier il aurait cependant mieux valu écrire que "Pouzaraque" est (et non "signifie") un puit à roue(s). Car comme je vous le disais "raca" veut dire "vomir" "jaillir". En ce qui concerne le Fabrik Théâtre: je ne suis pas sûr que toutes les personnes qui s'occupent de ce lieu soient au courant. Les godets étaient encore présents l'an dernier sur le talus du jardin. Il y a encore une pouzaraque en état de fonctionner dans le coin: c'est à Châteauneuf-de-Gadagne, dans le parc du Château de la Chapelle (entrée libre). Elle été restaurée il y a quelques années. Comme on le voit encore dans les pays d'Afrique du nord elle était mue par un animal (âne, cheval, mulet) qui tournait en rond.

fardoise a dit…

J'ai écrit "désigne", le mot désigne... je ne saisis pas la nuance, mais c'est vrai, je ne suis pas une littéraire. J'ai noté pour Châteauneuf de Gadagne, c'est intéressant de mentionner ces pouzaraques ou norias car un mot sans l'exemple de ce qu'il désigne perd tout son sens, à la longue.

fardoise a dit…

Si vous vous rendez sur les sites concernés par le premier commentaire, vous comprendrez pourquoi je modère les commentaires à partir de celui-ci. C'est "sans commentaire" !

Lou Ravi a dit…

Mais je ne reprenais pas vos propos mais ceux du dico...Dico qui fourmille par ailleurs de renseignements intéressants. A bientôt. LR.

fardoise a dit…

D'accord, je comprends mieux. C'est vrai que ce dico est intéressant, je pense que je vais peut-être l'imprimer car j'ai encore du mal avec la lecture sur écran. Le site qui le publie est précieux, unique en son genre ? Même si je privilégie encore le livre, et pour cause, s'approprier un nouveau moyen de communication est un plus et surtout une chance d'être lu de l'autre côté du pôle, ça fait frémir.

Nathalie a dit…

Mes enfants sont allés à l'école Pouzaraque (et à la maternelle Persil juste à côté). J'ai vu travailler les deux jeunes femmes qui ont fait cette fresque. A l'époque on avait droit que jouer au ballon sur cette place, et les enfants ne s'en privaient pas. On y a même fixé un panier de basket. Des ados ont apprécié - mais ont fait trop de bruit, ont dit les riverains. Le panier de basket a disparu, remplacé par le petit avertissement "jeux de ballons interdits"... Après on colle nos enfants devant leurs jeux vidéos, au moins ils se tiennent tranquilles. Tant pis s'ils deviennent obèses. Le silence du quartier est à ce prix.

fardoise a dit…

Dommage pour cette fresque qui s'efface et dommage pour les enfants, ils peuvent peut-être jouer à l'intérieur de l'école.

Abassourdine a dit…

Tout à fait le genre de photo que j'aime faire!

Heureusement que les artistes sont là pour ne pas nous faire oublier la vrai vie...