25 juin 2009

Le pont Saint Bénézet entre légendes et réalité

J'ai hésité à venir parler ici du Pont d'Avignon : son histoire a déjà été tant rebattue, ce pont est si célèbre et si célébré, chanté, photographié sous tous ses angles.
Mais, il constitue avec les Remparts et le Palais des Papes l'une des pièces maîtresse du patrimoine Avignonnais, la plus ancienne avec la cathédrale des Doms. Et il reste méconnu. Presque aussi méconnu que son fondateur Bénézet, que la légende a transformé en une sorte de benêt.
C'est tout d'abord l'élégance de cet ouvrage qui frappe l'œil. Les quatre arches restantes sautent allègrement au dessus des eaux troubles du Rhône et la chapelle ajoute la touche qui imprime sa silhouette unique au pont.
Le pont actuel a remplacé un pont en bois antérieur et sa construction date de la fin du XIIème siècle, car l'on sait qu'en 1185 les Consuls établissent le tarif des droits à payer par les usagers du pont. Quelle a donc été la part de Bénézet, mort en 1184, dont la légende, née au XIIIème siècle, a fait un pâtre qui aurait entendu des voix ? En fait, il a fondé un ordre religieux, composé d'hommes et de femmes, de Fratres Pontifices, chargés de récolter les fonds pour la construction du pont et d'un hôpital, car au Moyen-Age il y avait toujours un hôpital à proximité d'un pont. Cet hôpital fonctionnera tout au long de la période médiévale, ainsi que celui pour les lépreux de Saint Lazare et celui que Bernard de Rascas a fait construire au XIVème siècle, et qui prit le nom de Sainte Marthe (resté jusqu'en 1994 le centre hospitalier d'Avignon, avant de devenir l'Université en 1997). Du pont roman, détruit en 1226 par Louis VIII, à la suite de l'appui d'Avignon au comte de Toulouse. il ne reste que la chapelle basse. Cette chapelle indique la hauteur initiale du pont. Des vingt deux arches que le pont comptait lors de sa reconstruction, au XIIIème siècle, quatre arches seulement demeurent et elles datent de 1340. La chapelle haute date du XIIIe, elle ouvre directement sur le tablier du pont, construit au XIVe. Le petit clocher date du XVIIIème siècle. Un châtelet défendait l'accès au pont. La tour construite pour faire face à celle que Philippe Auguste avait fait ériger à Villeneuve en 1293 sera détruite en 1410.
Ouvrage fragile,le pont est détruit partiellement à plusieurs reprises par des éboulements comme le montre cet ancien plan (Atlas Van Loom), le pont est définitivement abandonné en 1680.
Plan de 1618 -Archives Municipales d'Avignon
Entre légende et réalité que reste-t-il de l'histoire de ce pont sur lequel (ou plutôt sous lequel) on dansait ? Du berger Benoît et de sa pierre (la légende veut que mis au défi par l'évêque, Bénézet aurait soulevé une énorme pierre pour la jeter au Rhône dans une lueur dorée et aidé par des anges, et prouvé ainsi sa légitimité) ; on sait qu'il était tout d'abord quêteur de fonds et son nom resta lié durant tout le Moyen-Âge à l'hôpital tout autant qu'au pont. Ce pont reste l'ouvrage le plus ancien construit sur le Rhône.
Une belle
légende qui rend hommage à ceux qui ont su vaincre les difficultés et bâtir un pont qui tout au long de son existence aura été un défi aux éléments.



Statue de Saint Bénézet - Cathédrale des Doms

5 commentaires:

Avignon a dit…

J'ai longtemps écrit "Bénézet" jusqu'à ce que l'on m'affirme qu'il fallait écrire : "Bénezet".

Le Provençal prononçant les "e" "é", la confusion était compréhensible...

Mais j'attends éventuellement un contredit !

fardoise a dit…

Oui, sans doute !

fardoise a dit…

Explication : Le prénom de notre personnage en français était : Benoît. La traduction provençale de ce prénom est : Benezet, et pour que ce soit "audible" pour les Français que nous sommes, cela a été orthographié "Bénézet". Ma source http://www.lexilogos.com/occitan_langue_dictionnaires.htm
Les prénoms provençaux d'après Mistral, avec mes excuses renouvelées de ne pas être tombée dedans lorsque j'étais petite.

Lou Ravi a dit…

J'ai toujours vu écrit Saint Bénézet. En provençal on écrit Sant Benezet (Lou Trésor..., Mistral)comme vous le signalez.

Occasion pour moi de relire en le tirant du fond de la bibliothèque le dossier publié sur SB par l'Académie de Vaucluse à l'occasion de la grande expo organisée au Petit-Palais en 1984 et 1985. Avec sur la couverture une statue très proche de celle que vous avez photographiée, cette dernière provenant (je lis) de l'hôpital du Pont (?).

fardoise a dit…

C'est la grande question des accents, comme pour certains villages, doit-on ou ne doit on pas les mettre ? Mais dans le cas de Bénézet, c'est effectivement comme cela que le nom est écrit le plus fréquemment. Par contre, je ne vois pas cette statue, elle fait peut-être partie du fond du Petit Palais. J'aime beaucoup celle de la cathédrale, c'est peut-être celle dont vous parlez... Je n'ai pas la réponse.