24 juin 2013

Les gerfauts des armoiries de la ville


Le blason  de la ville figure notamment sur la Tour Saint Jean, seul vestige de la grande commanderie des Hospitaliers de Saint Jean. Les Avignonnais ont tenu à ce que l'aigle adopté au XIIe siècle, ne disparaisse pas des armoiries, c'est pourquoi l'écu avec les trois clés est encadré de deux gerfauts. On distingue bien ici les grelots attachés à leurs pattes, ils seraient là pour que leur son tienne en éveil les autorités politiques - alors les légats pontificaux - pour qu'elles n'oublient pas le sort de leurs administrés.

6 commentaires:

brigitte celerier a dit…

je ne connaissais pas le sens des grelots, que d'ailleurs n'avais pas remarqués alors qu'ils sont bien visibles

│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ AVIGNON │ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ a dit…

Ce que j'aime bien sur cette version, c'est que la façon dont les gerfauts tiennent le blason illustre bien la devise !

jeandler a dit…

On devrait attacher de tels grelots à nos représentants afin qu'ils pensent un peu plus à leurs administrés.
Une représentation tout en relief et frappante.

Françoise Dumon a dit…

Tout à fait Michel, toutes griffes dehors et le bec incisif. Je ne sais pas si les grelots sont toujours bien visibles sur les représentations du blason de la ville, que ce soit en sculpture ou dans les peintures.
Oui, il faudrait que nous attachions des grelots à nos pieds pour faire du bruit en marchant, en plus des périodes de carnaval, peut-être nos politiques nous entendraient-ils ?
Ils ne sont plus à Rome, mais Paris est bien loin aussi.

Tilia a dit…

Grelots et marotte : attributs du Fou du roi. C'est tout un art de savoir tenir en éveil l'autorité sans passer pour un bouffon !

Françoise Dumon a dit…

Tout un art, qui se perd un peu.