16 octobre 2012

Incendiée



Rue Guillaume Puy, une maison qui a brûlé et est resté en l'état depuis plusieurs mois, je ne sais au juste combien. Je ne sais pas non plus pourquoi elle reste ainsi. On devine qu'il n'y a pas grand chose à sauver, à part la façade. Y-a-t-il enquête


Ou bien simplement faute de mieux ?

Le titre ne veux pas faire croire que je sache quoi que soit et qu'il y ai pu avoir acte criminel. Simplement la maison a brûlé. On sait que l'incendie est un vrai problème dans l'intra-muros d'Avignon, l'accès des camions de pompiers est toujours difficile :
- entrée par les portes des remparts, pas toujours évident, lorsqu'on sait que l'une de ces entrées est la porte de la Ligne  - la série sur les portes en est à ses débuts et je parlerai bientôt de la porte de la Ligne.
- accès par des rues étroites, avec beaucoup de sens uniques et aussi des voitures mal garées qui peuvent bloquer la circulation. Cela s'est vu.
Beaucoup de raisons pour que les secours n'arrivent pas à temps.

10 commentaires:

jeandler a dit…

Les pompiers ne négligent-ils pas les sens uniques ?

Françoise Dumon a dit…

Sans doute, encore faut-il qu'ils aient la place de passer.

│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ AVIGNON │ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ a dit…

On la voit bien sur Streetview.
Je n'ai eu aucune infos à propos de cet incendie.

brigitte celerier a dit…

Françoise, j'allais le dire - des endroits où il faudrait un chariot

Françoise Dumon a dit…

Je vais aller voir Streetview, merci Michel;
Ils ont déjà de petits camions, mais oui Brigitte, il faudra peut-être revenir aux chariots.

Françoise Dumon a dit…

Oui et sur Streetview, elle est intacte.

Françoise Dumon a dit…

En 2009...

Tilia a dit…

Cette façade me rappelle un appartement situe au RdC d'un bâtiment de ma résidence.
Il a entièrement brûlé suite à l'embrasement d'un rideau sur lequel un lampadaire halogène est tombé, sans doute bousculé par l'un des petits chiens de la propriétaire. Le séjour a pris feu avec une rapidité incroyable (trop de matériaux inflammables dans nos appartements, la mousse des canapés et les tissus d'ameublement entre autres) pendant que la propriétaire était occupée au téléphone dans sa cuisine. Elle n'a eu que le temps de sortir avec ses chiens, dont l'un deux a péri dans l'incendie. Le temps que les pompiers arrivent tout avait brûlé. À tel point qu'il a fallu étayer les pièces par crainte que l'appartement du dessus ne s'effondre.

Ainsi, cet appartement dont le séjour a des ouvertures sur chaque façade est demeuré ouvert à tout vent pendant plus d'un an. Avec les poteaux de soutien (tel des dents monstrueuses) au milieu de ce four tout noirci, on aurait dit un dragon endormi la gueule ouverte !

Il a fallu une année entière pour que les assurances se mettent d'accord et qu'enfin les travaux de reconstruction soit entrepris et les étages supérieurs nettoyés de la suie.
(j'ai écrit "reconstruction", car le mur pignon a dû être en partie abattu pour enlever les pierres trop atteintes et y inclure de nouvelles).

Merula a dit…

Les mêmes conditions presque qu'au Moyen-Age. Pauvre maison, on dirait qu'elle a perdu son cerveau.

Françoise Dumon a dit…

Merula, au Moyen-Age comme les maisons se touchaient presque, le feu se serait sans doute propagé. Mais on penserait qu'avec nos moyens modernes on pourrait lutter plus efficacement.
Tilia tu as raison, les matériaux de nos intérieurs sont tous, ou presque, très inflammables. C'est incroyable comme la suie, et son odeur aussi, restent imprégnés. Un accident vite arrivé, aux conséquences toujours désastreuses.