18 mars 2012

Le cloître Saint-Louis

Ombres et lumières dans le cloître.

Ce lieu qui fut construit,  au XVIIème siècle, par les jésuites pour être leur noviciat fut transformé après la Révolution en succursale des Invalides :
« Après la Révolution, le noviciat des jésuites devint, avec le couvent des Célestins, succursale de l'Hôtel des Invalides de Paris ; c'est pour cette raison que sur les murs du cloître de Saint-Louis, on lit encore les noms des armées de la Révolution et du Premier Empire...
La succursale des Invalides fut supprimée en 1850 ; deux ans après, le prince Louis-Napoléon Bonaparte, président de la République, en visite à Avignon, annonça la remise des bâtiments à la ville et le remplacement des invalides militaires par des invalides civils. Le nouvel établissement reçut le titre d'hospice Saint-Louis. »  Joseph Girard - Évocation du vieil Avignon
A partir de 1987 l'ancien hospice devient, dans l'aile droite un hôtel de prestige dont l'aménagement est confié à l'architecte Jean Nouvel. L'aile du fond abrite une école des techniques du spectacle et l'aile gauche sert de lieu d'exposition. Depuis quelques années les bureaux du Festival In occupent l'entrée, et en juillet l'ensemble de l'aile gauche.


J'ai photographié  la très belle fontaine moussue et l'envol des pigeons, sans faire attention au fond. 
Vous voyez ?


On ne fait jamais attention à tout...

10 commentaires:

jeandler a dit…

Une belle histoire pour un monument dans le respect des lieux.

Les mousses sont hivernales mais je pense qu'elles vont reverdir. Je crois qu'à Aix, il y a une fontaine identique.

Pourquoi, chère Françoise, attirer l'attention sur les arrières fonds de l'image. Sans ta remarque, nous n'aurions rien vu...

brigetoun a dit…

l'hôtel refait ses sales de bain ? joli clin d'oeil -
ceci dit une cour qui m'est chère - a un effet de calme joyeux sur moi quand j'y entre

│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ AVIGNON │ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ a dit…

Plutôt bienvenu : histoire d'eaux !

Tilia a dit…

Pour moi et ma vue déficiente, les écrans des APN ne permettent vraiment pas de distinguer ce genre de détail en arrière plan.

Heureusement que tu ne l'as pas vu sinon tu aurais peut-être modifié ton cadrage ce qui nous aurait privé de cette photo amusante :)

Françoise Dumon a dit…

J'aurais très certainement modifié mon cadrage. Trop occupée à chercher à capturer les pigeons, je ne l'ai pas vu. Malgré tout, comme cela y est, j'ai insisté sur ce détail pas vraiment digne du lieu. Comme toi Brigitte j'ai toujours aimé ce lieu qui semble "hors du temps" et de l'agitation.

Miss Lemon a dit…

Je ne manque jamais lors de mes passages à Avignon de m'y arrêter et de prendre une photo, beau lieu.

Merula a dit…

J'ai pensé également à la fontaine du cours Mirabeau. quand à l'arrière plan, c'est aussi une histoire d'eau.

Françoise Dumon a dit…

Avant d'habiter Avignon, je m'arrêtais toujours dans ce lieu.
Il faut espérer que cette fontaine retrouve sa verdure, mais même ainsi elle est belle. J'ai publié l'agrandissement de l'arrière plan surtout pour la preuve que l'on ne fait pas attention à tout lorsqu'on photographie.

lireaujardin a dit…

Bel endroit, qu'on peut apprécier pendant le festival ou lors d'expo d'art contemporain (comme en ce moment).
Et j'aime beaucoup le "détail qui tue" :-)

Françoise Dumon a dit…

Je ne sais pas si le détail qui tue est le fait de l'hôtel ou des autres occupants...