13 septembre 2011

Desquamation


Rue des Infirmières.
Je voulais photographier cette rose fanée, témoignage d'une dévotion encore vivace. Et surprise, le zoom révèle bien autre chose, la desquamation des sculptures et du fond. Et ce n'est pas la seule sculpture affectée. Par exemple sa soeur, rue Palapharnerie :
ICI

7 commentaires:

Tilia a dit…

Vraiment dommage. Des trois, c'est celle qui a la plus de charme.

fardoise a dit…

C'est certain. On voit les couche-tard, ici il fait une chaleur de mois de juillet, difficile de dormir.

│¯∩¯│¯∩¯│¯∩¯AVIGNON¯∩¯│¯∩¯│¯∩¯│ a dit…

Mais qu'est-ce qui part, en fait ?
On dirait une couche superficielle, comme la couche de peinture bleue.
La statue n'est-elle pas enduite d'une peinture ou d'une couche de protection qui s'écaille ?

jeandler a dit…

Lépreuse de la lèpre des pierres à moins que ce ne soient les différentes couches de badigeon. Ce qui serait moindre mal.

fardoise a dit…

Il se peut que ce ne soit qu'une couche de badigeon.

jeandler a dit…

Une petite toilette
à l'eau savonneuse
pour la mère et l'enfant...
Très douce
et l'eau tiède.

fardoise a dit…

Et une nouvelle couche de peinture...