17 juin 2011

Noircie


Rue Aubanel, l'une des niches sculptées les plus sales, la plus sale (?). Comme l'ensemble de la rue...

13 commentaires:

brigetoun a dit…

soyons gentils et disons qu'elle est veloutée

Les Idées Heureuses a dit…

Et oui, les ravalements cela coute cher! Et si le propriétaire n'a pas les moyens, et si la commune ne met en demeure...
Qu'est-ce qu'elle serait belle et mise en valeur sinon!

Avignon a dit…

C'est l'ancien hôtel de Marcel Puech qui appartient à la société des amis du musée Calvet, non ?

jeandler a dit…

Une Vierge Noire...

Merlin a dit…

Dommage, en effet.

Kraxpelax a dit…

My art:

WWW

---

I said: "The theologians really know
their topic; are these people smart like eighty-
one people quite like you together, so
just do like me and pray and trust them, Katie,

their knowledge adds to a tremendous mass
of safe and very holy gravitation!"
– "Oh yes?" said Katie, "What if all that jazz
is very simple at the final station

what do you say? I don't want to be rude
not even really to oppose your mission.
But tacitly this concept may include
an untold power, that's my slight suspicion,

I mean, that Truth was never too complex –
You may say 'God'; the real thing still is Sex!"

My poetry:

Single Swingle

---

Algorithm of Being

To live reactively, responsively, creatively, as an artist, act the way your life forms the best possible narrative, like a novel or a film, towards Death, End of the Story. According to Heidegger, Life is what Is. Sorge. Being kind of your own God? Primacy of Aestethics over Ethics.

My philosophy:

GAMMABLIXT

Et ma poésie...

LE FRUIT DU CIEL
.
Un orage nocturne illmuna maintenant l'Amazonie, franchis les Andes, envoya des jeux de cartes gigantesques et frappantes en bas à la Pampa –


Puis: petit déjeuner à melon; café fumant !


À la bague du cigare tu lis, étonné: GÉOGRAPHIE.

Poétudes

In Totenstadt kann Nichts wachsen,
Nacht bebaut die grüne Bezirke.
Wache, Kind, wache!
Es kommt ein Mann zum Haus.

Es läuft das Gerücht um schwarze
Schein von brennende Schächte.
Wache, Kind, wache!
Er öffnet die Tür zum Zimmer.

Das Mond der Nachkriegszeit fällt
seine Auge über allen Gärten.
Wache, Kind, Wache!
Der König hat er gestürzt.

Deine Atemwende wird leicht als Tod
und Erwartung in der Himmelskapelle.
Träume, Kind, träume!
Dein Vater ist immer bei dir.

FREMDE GEDICHTE

-----

Reciprocity! You do me a favor promoting YOUR blogs on mine.

- Peter Ingestad, Sweden

jeandler a dit…

Curieux, ce reste de ferronnerie...

fardoise a dit…

On peut dire veloutée en étant gentil. Je n'ai pas cherché ce qu'était cette demeure, mais c'est toute cette portion de rue qui est en piteux état. C'est vrai que cette statue est belle sinon.
La ferronnerie c'était sans doute le porte lumière.

fardoise a dit…

Pour la réciprocité, j'ai bien peur de ne pas savoir faire... Merci pour la proposition.

jeandler a dit…

Me voici éclairé
le lumignon perdu
la statue dans le noir

fardoise a dit…

Oui, c'est heureux, j'adore les ferronneries et toutes n'ont pas disparu dans les canons pour les guerres.

Nathalie a dit…

On se plaint souvent des façades trop blanchies mais il faut voir ce qu'on avait avant ! La saleté sied mal à ces merveilles. Vivement une jolie mise en valeur.

fardoise a dit…

Ma photo atténue pourtant la noirceur du lieu. De tout cet immeuble en fait...