10 février 2011

Liquidation


Rue Carnot, une boutique qui fermera bientôt ses portes, une de plus. Les causes importent peu, ce qui importe c'est que la diversité disparait. On peut se poser la question de la pérennité d'une boutique de loisirs créatifs dans le centre ville, alors que d'autres enseignes, installées en zone commerciale sembleraient proposer plus de choix, et des prix plus attractifs ?  Certes, mais la question est-elle vraiment là ?  Et cela demande à être vérifié.
L'axe Carreterie, Portail Matheron, Carnot, qui fut l'un des plus achalandés et qui proposait une grande diversité d'activités, dont des artisans, est de plus en plus tourné vers les métiers de bouche, que ce soit la restauration, rapide principalement, l'épicerie, si ce mot veut encore dire quelque chose, quelques bars (eux aussi sont de moins en moins nombreux), deux boulangeries (deux au moins ont fermé leurs portes)...
Si celle-ci est encore en activité, d'autres exemples bientôt de boutiques qui elles ont fermé définitivement. Mais je suis loin de les avoir toutes photographiées...

7 commentaires:

Avignon a dit…

En marche vers la ville-musée.
Le tour des marchands de vêtements viendra...

brigetoun a dit…

oui désolation, et ça gagne un peu dans mon quartier au moins pour les antiquaires qui partent dans les villages là où sont les clients

fardoise a dit…

Ville musée, ville pour touristes, tout le reste va-t-il disparaître ?

jeandler a dit…

La faute à l'e-commerce ?
Le pays tout entier deviendra un Musée. C'est tout ce qui nous restera. J'ai déjà trouvé une casquette pour faire le guide ...

Tilia a dit…

Avignon n'est, hélas, pas Venise...

Mathilde a dit…

Misère, misère, mais je suis sûre que ça reviendra, il faut aussi des boutiques dans une ville pour la rendre attractive et rentable !!! Quand ils s'apercevront de cela ils redeviendront logiques !!!

fardoise a dit…

D'ici là les boutiques auront fermé leurs portes... Il faudra installer un marchand de casquettes...
La faute à l'e-commerce ou l'inverse? Internet devient un passage obligé lorsqu'on ne trouve pas ce que l'on cherche sur place. C'est l'histoire du serpent qui se mord la queue :-)