14 février 2011

Enseignes peintes - suite

Rue Armand de Pontmartin :


A voir l'état des maisons voisines on peut savoir pourquoi ces publicités, pour un magasin situé plus loin dans la rue, sont restées en l'état :


ce pourrait être l'une des plus belles façade d'Avignon !
Quant à l'immeuble voisin :


Cela se passe de commentaires.
Je ne suis pas critique, juste désolée.

7 commentaires:

brigetoun a dit…

et nous le sommes à l'unisson (je diffuse ton billet, pardon demandé)

webiane a dit…

Oui, c'est assez pitoyable pour un maison qui a du être prestigieuse en son temps. C'est ici, sur la deuxième photos, qu'il y a cet étrange médaillon: dans un cadre carré à moulures, un lion sculpté dans la pierre pose ses pattes de devant sur un cartouche qui devait renfermer des armoiries et au-dessus duquel on lit cette devise Virtuti et Fato. En plus, le heurtoir de la porte (collection de Noël Biret) est conservé au Musée Calvet. Au-dessus de la maison, on aperçoit une tourelle renfermant une vissette ou escalier à vis.

fardoise a dit…

Merci Brigitte, mais pardon pourquoi?
Je n'ai pas parlé du médaillon tout à fait intéressant, on ne fait que le deviner, il est plutôt difficile à photographier car il n'y a aucun recul. Je ne savais pas pour le heurtoir de porte.

jeandler a dit…

Pas étonnant quand on voit l'état des conduites chargées de l'écoulement des eaux de pluie...
Que peut-on faire? Laisser en l'état, tout raser et reconstruire à l'identique ? Trop cher, bien trop cher... Mettre une pierre au Musée si l'on retrouve la première pierre.

fardoise a dit…

Tout va à vau-l'eau, si je puis dire :-)
Webiane a précisé dans son commentaire qu'il y avait déjà des pièces au musée (heurtoir de porte).
J'ai encore vu un immeuble vide et en piteux état hier en me promenant, alors j'ai presque des scrupules à en parler, il y en a trop. Mais je parle aussi des réhabilitations, car heureusement, il y en a !

Anonyme a dit…

Fardoise, je viens de découvrir votre blog que je trouve vraiment très intéressant. J'ai vécu autrefois en Avignon. Je fréquentais alors l'école Louis Pasteur, rue du Pont Trouca. Je suis contente de revoir des endroits connus à l'époque et ce qu'ils sont devenus... Mon constat : une regrettable dégradation de la ville en général, ça fait pitié.
Merci pour le partage
Tatie

fardoise a dit…

Promis je vais faire la place aussi aux rénovations. A vouloir toujours montrer ce qui me chagrine on peut avoir cette impression de laisser-aller. Mais est-ce vraiment une fausse impression ?