30 décembre 2010

Hôtel de Fonseca

J'ai évoqué dans l'article précédent consacré à l'ancienne clinique du docteur Reboul (ici), son voisin, le CCAS de la ville d'Avignon. L'édifice vendu en 2009, est lui aussi en travaux et sera converti en logements privatifs. Cet ancien hôtel particulier porte le nom de la famille d'origine portugaise qui l'a acquis au XVIIème siècle lorsque Pierre-Paul de Fonseca épousa Melle de Fogasses de Féléon. (Joseph Girard - Évocation du Vieil Avignon).

L'hôtel de Fonseca en travaux, tel qu'il se présente côté rue Sainte Catherine,  
à gauche la future résidence universitaire.

Acquis par la ville il fut transformé au XIXème siècle en bureau de bienfaisance, puis en centre des œuvres sociales. Une importante restauration menée dans les années 1920 a permis de mettre à jour des vestiges du XIV et du XVème masqués par les transformations des XVIIe et XVIIIe, et notamment dans la cour intérieure :

En février 2009, le CCAS occupe encore les locaux

On peut voir ici le puits médiéval, les fenêtres à meneaux ainsi que les ouvertures murées et notamment des portes donnant sur le vide, en raison de la modification des niveaux intérieurs. Cette restauration a aussi, malheureusement fait disparaître les peintures qui ornaient le plafond du vestibule. 
Ces deux photographies montrent une bâtisse très remaniée et même dégradée par tous les aménagements faits à l'intérieur, et à l'extérieur, par la transformation en hôtel particulier à la mode du XVIIe (façade classique) puis par l'installation de bureaux au XIXème. 
C'est une mission du service archéologique départemental qui a été chargée de retrouver et d'affecter aux différents siècles les morceaux de ce puzzle géant.  La teneur de ses découvertes fera sans doute l'objet d'un rapport détaillé. D'après ce service, voici à quoi devait ressembler le palais qui s'élevait ici au Moyen-Age :

 Photo prise lors de la conférence donnée dans le cadre des "Médiévales des Carmes"

Un imposant palais aristocratique a été édifié à compter du XIVème siècle, notamment par le recteur du Comtat Venaissin, Aymar de Poitiers-Valentinois, qui fit notamment surélever la façade donnant vers la place des Trois Pilats (arrière du dessin) et qui devait être aussi haute que celle de la livrée Ceccano (actuelle médiathèque).

 Fenêtre en pierre de taille, sur la façade nord (photo 1)

L'embellissement s'est poursuivi aux XVe et XVIe siècles et les travaux de sauvetage des archéologues ont permis le dégagement de vestiges de ces époques à l'intérieur. Ces vestiges seront-ils mis en valeur dans les futurs appartements privatifs ? Je n'ai pas la réponse, ce que je sais, c'est qu'il sera désormais impossible de les voir.

PS. Les détails que je donne ici sont principalement issus des notes prises lors de cette conférence donnée au mois de septembre dernier dans le cadre des journées des "Médiévales des Carmes" organisées par l'association du quartier des Carmes. S'il y a des erreurs, elles n'engagent que moi...

7 commentaires:

Sciarada a dit…

Ciao Fardoise, many wishes for a happy 2011 to you and your family!

brigetoun a dit…

je me demandais ce qu'il allait devenir - vous vous cotisez pour m'offrir deux ou trois pièces ?

fardoise a dit…

J'aurais bien besoin aussi que l'on m'offre un relogement !
Merci Sciarada, à toi aussi.

Tilia a dit…

Et la cour, avec son puits qui me fascine tellement qu'il représente pour moi la quintessence du Puits (virez-moi cette vasque à fleurs qui n'a rien à faire là ! le lierre est bien suffisant et même envahissant) que va-t-elle devenir ? Inaccessible au public, elle aussi, je parie...

Merci de faire partager tes notes de la conférence, c'est passionnant.

fardoise a dit…

La cour est particulièrement belle en effet. La jardinière disparaitra sans doute, mais comme tu le dis il sera bien difficile de le vérifier.
Je n'ai parlé de ces travaux que parce que j'ai évoqué la future cité universitaire voisine, j'ai hésité longtemps, ne sachant pas ce que je pouvais révéler de cette conférence. Mais je pense que ces travaux de sauvetage feront l'objet d'une publication.
C'est Michel sur son blog qui avait le premier parlé de la vente des deux hôtels particuliers qui hébergeaient le CCAS ici :
http://avignon.midiblogs.com/tag/immobilier

jeandler a dit…

Un puzzle (à reconstituer) en 3-D!

fardoise a dit…

Je ne suis pas certaine qu'il soit reconstitué le puzzle, du moment que cela devient privatif ! Peut-être saurons nous un jour ?