6 septembre 2010

Les pigeons dans la ville - 2

Une rubrique que j'ai inaugurée sur mon autre blog, "Encrer le Monde", mais la photographie d'aujourd'hui concerne une sculpture des niches:


Je défends plutôt ces petites bêtes, et les trouve amusantes,  la photo ci-dessus le prouve. Elle montre aussi les dégâts qu'ils peuvent faire, même si, je persiste, ils en font moins que l'homme et ses machines.

Niche rue du Pont, à l'angle avec la rue Grande Fusterie.

9 commentaires:

brigetoun a dit…

elle semble tout de même s'interroger sur la retenue de l'oiseau

Avignon a dit…

Les sculptures n'en semblent pas rester de marbre...

fardoise a dit…

C'est le regard de la statue qui a attiré le mien. Elle semble très inquiète et on ne peut pas lui donner tord.

fardoise a dit…

pardon pour le dernier commentaire un peu tord...u ! Bien entendu il s'agit de "tort"

Tilia a dit…

J'entends d'ici le petit Jésus qui crie "Attention Maman, il va nous faire caca dessus !".
Toi aussi tu l'as entendu, n'est-ce pas ?

Tilia a dit…

Il me vient à l'idée que le sculpteur pensait plutôt à la colombe du Saint-Esprit...

Pardon pour ce commentaire en deux parties : j'ai l'esprit de l'escalier ;-)

fardoise a dit…

Je l'entends encore. Je pense que le sculpteur n'avait pas osé penser à ça !

jeandler a dit…

Charmantes bêtes, en effet
quand elles ne sont ni malades ni parasitées.
Au fait, où vivaient-elles quand il n'y avait pas de villes?

fardoise a dit…

Je crois que la ville a généré une nouvelle race de pigeons, ou bien ce sont tous les pigeons voyageurs qui se sont réfugié dans les villes... Qui sait ?