12 janvier 2010

Benoît Joseph Labre


Sans domicile fixe
Benoît Joseph Labre
rejeté par tous les ordres religieux
devient mendiant
donnant ses aumônes à de plus pauvres
refusant de se laver
vivant en total décalage avec l'esprit des Lumières
Il est mort à 36 ans, en 1783, à Rome
Patron des sans domicile fixe
des célibataires et des inadaptés.
 Rue Pasteur.

4 commentaires:

Mathilde a dit…

Ah d'accord, c'est lui mon patron alors ! Je comprends mieux pourquoi d'emblée je suis plutôt attirée par les deux anges derrière lui, trop mignons qui se font des bisous !

fardoise a dit…

C'est à cause des deux anges que j'ai cadré la photo ainsi pour l'opposition avec le personnage. Je pense qu'il est aussi mon patron, si j'en ai un.

Nathalie a dit…

Très impressionnante biographie. Protestante, je ne connais pas bien les saints. Celui-là j'en ignorais l'existence.

Les anges à bisous de la niche rendent encore plus criante la solitude du saint.

Même époque, niche et statue ? Ou association conçue ultérieurement par un farceur ou un ignorant ?

fardoise a dit…

Je ne connaissais pas ce saint non plus, je suis de culture protestante aussi. Mais son nom est inscrit au dessous, je n'ai donc aucun mérite. Ici la statue semble XIXème et la niche est de style baroque. La statue est vraiment adaptée à la niche, ce n'est pas toujours le cas. Dans la rue Pasteur il y a deux statues de sains, de la même période semble-t-il, et l'on sait que les hommes sont rares dans les niches.
Je ne saurais m'avancer plus, je ne suis pas vraiment spécialiste. Les traces du temps sur le visage donne un aspect encore plus creusé et l'opposition avec les angelots joufflus et rieurs est saisissante.