18 août 2014

Le monument du centenaire


Tel qu'il est situé aujourd'hui sur les allées de l'Oulle

Ce monument inauguré le 19 juillet 1891 par Sadi Carnot, s'élevait Place de l'Horloge et fut déplacé sur les Allées de l'Oulle en 1974.Comme son nom l'indique il commémore la création du département de Vaucluse amorcée par l'acte fédérateur de février 1791, n'aboutira qu'en 1793, par la création du 87ème département français, par la Convention (an II de la République).
Les sculptures sont dues à Félix Charpentier.


La sculpture du groupe de gauche représenterait Pourquery de Boisserin, maire d'Avignon en 1891, vêtu de sa seule moustache comme le dit Hervé Aliquot dans son ouvrage "Avignon de Montfavet à Villeneuve - Vie et  Patrimoine". 
Derrière la Vierge dorée de ND des Doms, un autre héritage de la fin du XIXe siècle : la République n'était pas la seule à triompher... Voir la photographie  "La République triomphante" ICI  



Le groupe "famille" et l'appel - photographie de 2008

l'arrière du monument - photographie de 2008

NB : je rappelle que ce blog n'a pas vocation à écrire, ou réécrire, une énième histoire d'Avignon, les rappels historiques ne sont que des repères,  il s'agit d'un regard sur la ville, et de la manière dont on peut la vivre aujourd'hui.

2 commentaires:

Tilia a dit…

À mon avis, l'exil de ce monument qui figurait en bonne place (c'est le cas de le dire !) place de l'Horloge, n'était pas une bonne idée.
Quand on voit ce qui est arrivé au Chemin des Dames et, un peu moins récemment, à Evry, deux exemples parmi bien d'autres, tel celui-ci récemment lui aussi...
On peut se faire du souci pour la République, et surtout pour le Lion (un souvenir d'enfance cher à mon cœur) !
C'est peut-être illusoire, mais je pense qu'en plein centre ville, sur la place de l'Horloge, ce monument courrait moins de risques de dégradations, ou de vol de statues...

Françoise Dumon a dit…

Je suis d'accord avec le fait que cet exil, c'en est bien un lorsqu'on voit où le monument est placé, mène au désintérêt pour lui et bien entendu à des risques supplémentaires de dégradations. La République a quitté le parvis de la Mairie au profit d'un manège, tout un symbole.