12 avril 2014

Un patrimoine qui se délite


Vierge à l'enfant de la rue Palapharnerie.

Je l'ai déjà présentée ICI en raison de la similitude de sa composition avec d'autres sculptures de niches. C'est l'une des plus fines, l'une des plus érodées aussi. L'éclairage était différent hier, d'où une nouvelle photographie...



Celle-ci n'est pas classée au patrimoine.  Certaines de ces niches privées, la plupart le sont, sont restaurées, entretenues, encore faut-il pouvoir le faire.



2 commentaires:

Nathalie Beaumes a dit…

Ah oui, la lumière qui joue sur les façades et les statues change tout. Tu as bien fait d'en faire des nouvelles photos. Quel délice que cette vierge à l'enfant et quel dommage de la voir s'abîmer... Un jour tes photos seront la trace de ce qu'il y avait encore.

Françoise Dumon a dit…

J'espère Nathalie, dommage que je photographie depuis peu en somme, dommage aussi que je ne sois pas certaine de pouvoir rester à Avignon. Je ne me lasse pas de photographier les variations d'un jour à l'autre, je pense que tu comprends ce que je veux dire.