2 novembre 2012

Monument aux victimes des bombardements de 1944



A l'angle de l'avenue Pierre Sémard et de la rue de la 1e DB, le monuments aux victimes des bombardements de 1944, devant l'église du Sacré-cœur.
Une œuvre du sculpteur Pierre Gérard, sculpteur à Lacoste et professeur à l’école des Beaux Arts d’Avignon.



6 commentaires:

jeandler a dit…

Les victimes furent-elles si nombreuses que l'on ait pas oser pas en graver leur nom à la suite de belle plaque ?

Françoise Dumon a dit…

Elles furent nombreuses en effet, mais ce n'est sans doute pas la raison de cet anonymat, je n'ai pas la réponse.

Tilia a dit…

Pas de monuments aux victimes des bombardements américains de 44.
La réponse à la question de Jeandler est peut-être dans l'introduction de cet article...

Françoise Dumon a dit…

Tu as raison Tilia. Partout en France la mémoire des bombardements américains était restée vive, je dis restée car je pense que les nouvelles générations sont moins sensibles, c'est de "l'histoire". C'est pourquoi il faut maintenir la mémoire.

Bourgue Michel a dit…

Je découvre la signification de ce monument .
Victimes tes nombreuses oui...
Erreur de cible
Si tu lis les livres sur cette époque tu prends peur..Les gens n'avaient plus de crainte et ils regardaient les avions

Françoise Dumon a dit…

La plaque est discrète. Mais pour avoir souvent parlé à des personnes qui ont vécu cette période, je sais combien ces bombardements étaient redoutés, comme par exemple pour mes grands-parents qui habitant près de la gare de Portes lès Valence ont vu leur maison bombardée et ont été "réfugiés"...