3 octobre 2012

Remparts d'Avignon : la porte Saint Lazare

























La porte de sortie, à l'intérieur et à l'extérieur.

Sa jumelle, ci-dessous,  permet d'entrer.







Il s'agissait, au Moyen-Age, de l'entrée principale de la ville, mais  n'a plus du tout l'allure fortifiée qu'elle avait au XVe siècle, avec son avant-corps construit par Antoine Quarteron.




















Source : Wikipedia

 L'avant-corps avait été  remplacé par un ravelin au XVIe siècle, au moment des guerres de religion, si l'on en croit ce dessin de Viollet Le Duc. La dernière des tours rondes extérieures a été démolie en 1935 (Joseph Girard, Évocation du Vieil Avignon).

Pour une ville "enfermée" dans ses remparts, les portes ont un rôle capital. Elles doivent laisser passer les bus, les voitures, les cyclistes et bien entendu les piétons. Comme le montre la troisième photographie, certaines portes sont étroites, mais doivent cependant permettre un trafic important.  Aux sept portes existant à la fin du Moyen-Age,  des percées, des brèches, des poternes  ont été ajoutées. 
A suivre...


6 commentaires:

brigitte celerier a dit…

certainement encore la plus belle (une des rares à ne pas avoir été trop touchée, même si manquent les ouvrages devant)
merci pour ces renseignements

Françoise Dumon a dit…

Je trouve aussi que c'est la plus belle, avec ses arbres, ses couleurs. Un peu défigurée par la signalétique. Pour les renseignements c'est toujours un peu succinct car je prends les photos et ensuite je cherche, plutôt rapidement.

Tilia a dit…

Quoi que l'on en pense (ou dise) par ailleurs, je trouve que Viollet le Duc a fait un sacré travail de vulgarisation architecturale et ses dessins sont précieux en tant que témoignages du passé.
J'aurais bien aimé voir cette porte St Lazare et les remparts entourés d'eau, mais pour la vie quotidienne à cette époque, c'est une autre question !

Françoise Dumon a dit…

tu as raison pour le travail de Viollet le Duc, il a tiré les œuvres du Moyen Age de l'oubli, lui et Mérimée. Les croquis de Viollet le Duc servent aux reconstructions d'aujourd'hui.
Même sans eau, l'avant corps serait déjà une grande gêne pour la vie quotidienne.

jeandler a dit…

Là où l'on se rend compte que ces remparts n'étaient pas d'opérette !

Françoise Dumon a dit…

Encore aujourd'hui, ils nous protègent des inondations.