25 octobre 2012

Eglise des Célestins - extérieur


Lorsqu'on arrive Place des Corps Saints,  du Cours Jean Jaurès par la rue Mal  De Lattre, on découvre l'église des Célestins par une grande façade blanche, qui n'est pas une façade mais une coupe de l'édifice non achevé. Une vue générale est visible dans Wikipedia, je me refuse à prendre cet ensemble, avec les fourches qui servent d'éclairage et autres témoins de la modernité.

Deux portails XVIIe donnent accès l'un à l'église par le côté, l'autre au cloître :



 La restauration a au moins permis de remettre en valeur ces portails et leur décor,



 Le contraste entre ce grand navire blanc, tel qu'on peut le voir de l'extérieur, et l'intérieur resté en friche dans sa majeure partie ; le contraste est brutal lorsqu'on peut, trop rarement, y pénétrer.

4 commentaires:

jeandler a dit…

Deux portails magnifiques, plus équilibré en ce qui concerne celui de droite où je remarque les trois fleurs de lys, signe de la royauté, et la couronne qui n'est pas la tiare. Un peu étonnant en cette ville papale.. Louis XIV serait-il passé par là ?

Françoise Dumon a dit…

Lorsque le portail fut construit par François de Royers de la Valfenière, la papauté était lointaine, mais rien sur la présence des fleurs de lys, enfin, je n'ai rien trouvé... Les vice-légats, Italiens pour la plupart (dont Mazarin de 1634 à 1637) résidaient à Rome. Au XVIIe la population se révolta contre la noblesse de la ville qui acceptait la domination romaine. Une première et temporaire réunion à la France s'acheva en 1664. Faut-il y voir un rapport ?

brigitte celerier a dit…

et grâce à Dieu où à je ne sais quoi la pierre a été moins décapée, morte, elle ressort comme un peu ocrée, très légèrement sur le désastre crayeux de la façade (quoique cela commence au bout de plusieurs années à s'améliorer)

Françoise Dumon a dit…

Oui, heureusement : la pierre se patine. En plus je règle toujours mon appareil pour que les couleurs soient plus chaudes. Ce que je vois chaque jour émerger de la tour de Trouillas me fait un peu peur, car sa blancheur la rend gigantesque.