28 septembre 2012

Rue des Teinturiers : le roue est revenue


Elle est de nouveau en place, avec des pales toutes neuves, mais qui conservent tout de même l'aspect de lames anciennes. Pour qu'elle tourne il faudra un peu plus d'eau dans la Sorgue.

6 commentaires:

│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ AVIGNON │ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ a dit…

À quel niveau de la rue se situe-t-elle celle-là ?
Celle que je regrette, c'est celle qui était devant la maison Quatre de Chiffre.
Et la dernière, plus loin que le Chien qui Fume, a-t-elle retrouvé ses pales ?

Françoise Dumon a dit…

C'est bien elle, à l'angle de la rue du Puits de la Tarasque, il n'en reste qu'une dans cette portion de rue. C'est celle dont j'avais parlé dans l'article précédent, celle qui était en réparation.

brigitte celerier a dit…

une réussite, c'est vrai ça ne fait pas "restauration" pas comme ce qui s'annonce pour les remparts au bout de la rue Saint Etienne

jeandler a dit…

Superbe. Comme si elle était neuve. Et les pales inclinées n'attendant plus que le courant...

Tilia a dit…

Superbe photo ! même si la Sorgue est tristement basse, les petites feuilles nageant à la surface font comme des étoiles dans le ciel à l'envers.
Moins poétique, la roue immobile évoque pour moi la morosité actuelle due à la stagnation économique...

Françoise Dumon a dit…

Une restauration rapide et bien faite, je me suis même demandé si ce n'étaient pas les mêmes pales simplement décapées. Le niveau de l'eau est bas, comme notre moral, comme tu le dis Tilia, la stagnation économique, pour ne pas parler encore de récession, nous mine.