13 septembre 2010

La Livrée de Saluces

Ou plutôt ce qu'il en reste, rue des Bains :


Un mur vétuste avec des vestiges de porte et de fenêtres à meneaux :




La livrée de Saluces se situait entre la rue Saluces et la rue Sainte Catherine, elle a pris le nom de son dernier occupant, Amédée de Saluces

Les livrées étaient les demeures attribuées aux cardinaux, à l'époque des papes d'Avignon. Ces demeures, parfois constituées de plusieurs maisons, étaient "livrées" pour ne pas dire réquisitionnées pour loger la suite du pape. La ville, il faut le rappeler verra sa population passer de 5000 à 30000 personnes, qu'il a bien fallu loger. Plus tard, les cardinaux feront construire de vrais palais, dont certains existent toujours (Petit Palais, livrée Ceccano...)
Mais beaucoup, dont celle-ci, ont été abandonnées après le départ de la papauté, en 1376 et sont tombées peu à peu en ruine. Il en reste des vestiges, en extérieur, mais le plus souvent à l'intérieur de certaines demeures.

8 commentaires:

brigetoun a dit…

splendeur humble de la pierre

fardoise a dit…

N'est-ce pas !

jeandler a dit…

Livrée: quel euphémisme!
"Priée" de quitter les lieux, se mettre à la dévotion du prélat.
Au moins le bernard-l'hermitte s'enquiert-il d'un logement vide.

fardoise a dit…

Doux euphémisme en effet, qui fait qu'on ne sait pas forcément de quoi on parle en évoquant ces livrées cardinalices, cela rime souvent avec palais, mais pas pour les Avignonnais de l'époque.

Avignon a dit…

Tu sais reconnaître le bon grain de livrée... !

fardoise a dit…

Oui et je trouve que j'ai bien du mérite !

Merula a dit…

Pauvres pierres, on a mal pour elles.

fardoise a dit…

Encore, cette partie là est-elle épargnée par les tags, on ne peut pas en dire autant des autres murs.