29 août 2010

Attention école !

Les grands lycées se trouvaient souvent en centre ville, du moins les plus anciens, car la seconde moitié du XXème siècle les a relégués en périphérie des villes, et souvent, comme ici à Avignon, très loin du centre. Mais le lycée Aubanel est l'un de ces établissements qui sont dans le cœur historique de la ville, dans la partie la plus ancienne. 
L'un des problèmes majeurs que cela pose est celui de la circulation, problème quasiment insoluble car il est impossible d'adapter les lieux à la circulation actuelle, le lycée étant situé sur une pénétrante très empruntée malgré son étroitesse. 


A gauche les grilles du lycée. Des travaux sont en cours, flèche rouge, pour repousser le portail central de plusieurs mètres. Les élèves ne seraient plus dans la rue en attendant d'entrer ou pour fumer pendant les interclasses. Ces travaux sont entrepris par la Région PACA, mais la circulation dépend, elle, de la ville. Et il reste, le bout de la rue Palapharnerie, là où s'engage le véhicule de la photo, et par où arrivent les élèves qui viennent par le bus ou à pied.


Vue de l'autre côté de la rue, il n'y a pas la place pour un véhicule et des piétons, à cause de la quasi absence de trottoirs, ce n'est pas un problème seulement pour les lycéens.
Les travaux en cours ne règleront en aucune manière ce problème là.

Il y a une autre nuisance, moins dangereuse, mais bien réelle, les tags, 

 

 Il s'agit du gymnase, qui accueille en juillet le festival IN... Il y a un acharnement des tagueurs tout autour du lycée,  mais souvent sur des murs qui n'appartiennent pas à l'établissement, comme ceux du fond sur la photo. 

PS. et comme pour confirmer cet acharnement, le mur qui venait d'être terminé à temps pour la rentrée a été tagué dans la nuit du 3 au 4 septembre :



7 commentaires:

brigetoun a dit…

le fait est que le spectacle des attroupements de gosses sur le chemin des voitures n'est pas rassurant, même si en général elles roulent au pas

Avignon a dit…

A-t-on envisagé de déplacer l'entrée du lycée dans une autre rue ?

Ou bien de détourner la circulation par les rues des Trois Colombes et Campane vers Paul-Saïn ?

Tilia a dit…

Concernant l'entrée du lycée, n'y aurait-il pas intérêt à la déplacer rue Saint-Sébastien, puisqu'il y a un passage entre la rue des Infirmières et cette rue (qui n'en est pas une d'ailleurs) ?

Contre les tagueurs, des caméras pourraient permettre de les repérer et peut-être de les dissuader...

Quant au goulet de la Palapharnerie, pourquoi ne pas l'interdire dans les deux sens ? Il faudra bien finir un jour par réduire au strict minimum la circulation des véhicules particuliers dans les villes...

fardoise a dit…

Les voitures roulent au pas... bien obligé à cause des ralentisseurs, sinon... Pour ce qui est de détourner, ce pourrait être une solution, mais ce n'est pas facile de trouver une voie qui n'aboutisse pas à un goulet comme ici. Les Trois Colombes reviennent vers Aubanel, rue Saint Sébastien il y a d'autres écoles, passer par les rues Sainte Catherine ou Banasterie... encore pire.
Pour l'instant, à part réguler la circulation aux heures d'entrée et de sortie, je ne vois pas comment résoudre le problème. Mais cela a été refusé.

Merula a dit…

Sacré problème que la voiture dans la ville, j'espère que nos élus réfléchissent à l'évolution de la ville ... pas sûr qu'ils prennent le temps
Pour les tags, une solution est peut-être de les intégrer en faisant peindre les murs par des artistes, en espérant que le résultat soit respecté ...

Sciarada a dit…

Buongiorno Fardoise, the problem of movement is also here in Italy, to try to create less damage as possible, the common thought of directing traffic in front of schools during the time of entry and exit of the boys, older people who feel useful and offer a civil service

fardoise a dit…

Bonne idée Sciarada que de demander à des volontaires d'aider et de participer.
Merula, j'ai bien peur que même les fresques d'artistes ne soient pas plus respectées. Il y a des exemples.